English version
Flux RSS
Accueil
Accueil > Axes de recherche > Énergies nouvelles > Produire des carburants > Le PROJET FUTUROL par Gilles Ferschneider, chef de projet à IFPEN

Produire des carburants

Le PROJET FUTUROL par Gilles Ferschneider, chef de projet à IFPEN

Usine FUTUROL

Le PROJET FUTUROL, qui associe 11 acteurs majeurs du domaine, a pour ambition de concevoir un procédé de production de bioéthanol de deuxième génération, non seulement durable, mais également compétitif sur le marché mondial.

 

Gilles Ferschneider
 

Questions à ...

   

Gilles Ferschneider, chef du PROJET FUTUROL à IFPEN

 

Quel est l'objectif du PROJET FUTUROL   ?

G. F. : L’objectif est de commercialiser une licence pour des unités industrielles de bioéthanol et de fournir les levures et les enzymes nécessaires à leur fonctionnement. Le pilote de Pomacle-Bazancourt, qui produit 180 000 litres de biocarburants par an, a permis au projet de valider en situation réelle les résultats développés en laboratoire et de définir les conditions d'extrapolation à échelle industrielle. En jeu notamment : un prétraitement adapté à une grande variété de biomasses afin de rendre le procédé utilisable dans le maximum de pays, la production intégrée d’enzymes et de levures à même de transformer tous les sucres fermentescibles de ces biomasses lignocellulosiques en éthanol, et le recyclage de la lignine comme source d’énergie de l’usine.

 

En quoi consiste la contribution d'IFPEN dans le PROJET FUTUROL     ?

G. F. : Dès la genèse du projet, IFPEN a été un acteur central en s'impliquant activement dans son montage technique. Depuis, nous jouons un rôle structurant dans son déroulement, en apportant notre savoir-faire dans le développement de procédés :

  • identifier les verrous technologiques et économiques,
  • trouver des solutions au laboratoire,
  • les tester et les valider sur unité pilote,
  • simuler le fonctionnement du procédé,
  • dimensionner les installations,
  • conduire les études technico-économiques et d'analyse de cycle de vie.

C'est la démarche suivie dans FUTUROL. L'objectif est d’offrir un procédé optimisé sur tous les éléments de la chaîne — de l'extraction des sucres fermentescibles à leur transformation en éthanol, de la production in situ des enzymes et des levures à la valorisation des coproduits — et donc de limiter les coûts, les consommations énergétiques et les impacts environnementaux.

Avec notre compétence procédés, nous assurons dans FUTUROL la mise au point d’une technologie innovante de transformation de la biomasse adaptée aux réalités industrielles.

 

Vous mentionnez la production d'enzymes, de quoi s'agit-il     ?

G. F. :  La conversion de la cellulose en glucose, qui est ensuite fermenté pour donner de l'éthanol, est une étape particulièrement complexe. Elle fait appel à une réaction d'hydrolyse enzymatique, sur laquelle les chercheurs en biotechnologies d'IFPEN travaillent activement depuis plusieurs années. Ils ont mis au point une nouvelle souche du champignon  Trichoderma reesei permettant de diviser par deux la quantité d’enzymes nécessaires à l’hydrolyse complète de la cellulose de la paille de blé. Cette expertise est mise à profit dans FUTUROL pour formuler et produire, à moindre coût, les cocktails enzymatiques les plus efficaces et ainsi améliorer le rendement du procédé.

 

D'autres compétences sont-elles mises en œuvre dans le PROJET FUTUROL     ?

G. F. :  Nos chercheurs interviennent également sur le volet "ressource en matière première" du projet. Nous avons mené une évaluation quantitative des gisements de biomasses mobilisables et élaborons des modèles d'approvisionnement à l'échelle d'une unité de production. Ceci afin de définir l'environnement géographique le mieux adapté à l'implantation d'une unité industrielle. Enfin, nous avons participé à la conception et la réalisation du pilote de Pomacle et contribuons à son opération. Nos partenaires ont pu compter sur notre expérience éprouvée dans ce domaine.
A IFPEN, plus de 17 personnes sont impliquées dans le projet. Nous sommes à l'origine de 17 brevets sur les 25 du projet.

 

Où en est le PROJET FUTUROL ?

On est proche de la compétitivité économique et de la phase industrielle, avec des bilans environnementaux très favorables. Après 7 ans de R&D et de travaux sur pilote, nous allons lancer les essais à échelle industrielle et commercialiser le procédé par l’intermédiaire de la société Axens, filiale à 100 % d’IFP Energies nouvelles. Un procédé qui atteint d’ores et déjà des performances remarquables : un prix de revient compétitif, une totale autonomie énergétique des usines utilisant la TECHNOLOGIE FUTUROL et une réduction des gaz à effet de serre supérieure à 70 %.
 

Projet Futurol en bref

11 partenaires : ARD, IFP Energies nouvelles, INRA, Lesaffre, Champagne Céréales, ONF, Tereos, Total, Crédit Agricole Nord Est, CGB, Unigrains
 
Durée du projet : 8 ans
 
Montant du projet : 74 millions d'euros dont 29,9 millions d'euros de soutien d'Oséo
 
Phase pilote : 2011-2014
 
Phase prototype : 2015-2016
 
Développement commercial et industriel du procédé de bioéthanol de deuxième génération à l'horizon 2016-2020

 

En savoir plus :
- Site web du PROJET FUTUROL : www.projetfuturol.com
- Le PROJET FUTUROL en phase finale de développement pour la production d'éthanol cellulosique (communiqué de presse, 3 juin 2015)
- Espace Découverte > Zoom : Les biocarburants de 2e génération proches de l'industrialisation (juin 2015)


 

L'espace Découverte vous propose des clés pour comprendre les enjeux énergétiques du 21ème siècle liés à un développement durable de notre planète.

Liste de liens

  • Imprimer la page

La presse en parle

La nouvelle jeunesse des biocarburants (Les Echos - 12/05/2015)
Avec l'arrivée sur le marché de produits de deuxième génération, les biocarburants, un temps décriés, apparaissent de nouveau comme une solution d'avenir.
> www.lesechos.fr