English version
Flux RSS
Accueil

Géosciences

Du CO2 bien stocké

Les géophysiciens de la direction Géosciences d’IFPEN viennent de réaliser une première en adaptant au contexte du stockage géologique de CO2 des techniques d’interprétation développées pour caractériser les réservoirs pétroliers.

Noalwenn Sallée

Noalwenn Sallée
 Direction Géosciences
 noalwenn.sallee@ifpen.fr

Il est primordial de suivre l'évolution du CO2 injecté dans un réservoir géologique afin de s'assurer de l'intégrité du stockage au cours du temps et d’affiner les modèles de simulation. Parmi les différentes méthodes géophysiques la sismique répétitive est aujourd'hui le moyen le plus efficace pour remplir ces deux objectifs. À condition de pouvoir interpréter les variations des propriétés sismiques du sous-sol dues à l'injection de CO2 entre deux acquisitions de données séparées dans le temps.

Les géophysiciens de la direction Géosciences d’IFPEN viennent de réaliser une première en adaptant au contexte du stockage géologique de CO2 des techniques d’interprétation développées pour caractériser les réservoirs pétroliers. Dans le cadre du projet européen FP6 CO2ReMoVe, ces techniques ont été appliquées aux données sismiques enregistrées sur le site de Sleipner (mer du Nord - Norvège) lors des campagnes de 1994 et 2006 (avant et après injection de CO2). Les variations d'impédances sismiques obtenues permettent de suivre l'évolution 3D du panache de CO2 dans l'aquifère salin hôte.

Les résultats obtenus sont en cours d'exploitation pour quantifier le CO2 stocké dans l'aquifère. Leur comparaison avec les simulations du réservoir permettra de renforcer les prévisions de comportement du site de stockage sur plusieurs centaines d'années. Plus largement, l'expérience acquise grâce au développement et au déploiement de ces nouvelles technologies sur les premiers sites permettra d'établir des recommandations pour la gestion des sites de stockage géologique de CO2.


Vue 3D de la distribution des impédances des ondes P, obtenue après inversion sismique des données acquises en 2006. Le CO2 est identifié par des valeurs d'impédances plus faibles (couleurs bleu et vert) à l'intérieur du réservoir (d'après Clochard et al. First Break 2010).

Publications

  • T. Tonellot, M.-L. Bernard and V. Clochard, 2010. Method of joint inversion of seismic data represented on different time scales
     >> US Patent 2010/0004870 A1
  • N. Delépine, V. Clochard, K. Labat, P. Ricarte, 2010. Post- stack stratigraphic inversion workflow applied to carbon dioxide storage: application to the saline aquifer of Sleipner field, accepted in Geophysical Prospecting.
     >> DOI: 10.1111/j.1365-2478.2010.00905.x
  • N. Dubos-Sallée and P. Rasolofosaon, 2011. Estimation of permeability anisotropy using seismic inversion for the CO2 geological storage site of Sleipner (North Sea), Geophysics, vol 76 (3), B1–B7
     >> DOI: 10.1190/1.3552689

 

L'espace Découverte vous propose des clés pour comprendre les enjeux énergétiques du 21ème siècle liés à un développement durable de notre planète.

Liste de liens

  • Imprimer la page

Caractérisation de réservoir

Logiciel OpenFlow de Beicip-Franlab