Recherche
Accès direct
Accueil

Le marché automobile

Dans un contexte de forte croissance du marché automobile et d'une dépendance quasi-totale à une énergie fossile non renouvelable, l’industrie automobile est confrontée à un défi majeur : gagner en autonomie vis-à-vis du pétrole et limiter les émissions de CO 2 en mettant en oeuvre des solutions innovantes.
L'avenir est à l'optimisation du rendement des moteurs conventionnels, à l'amélioration des carburants conventionnels et au développement de carburants de substitution.

Le marché automobile

+ Évolution du marché automobile
+ Quel impact sur l’environnement ?
+ Les progrès déjà accomplis
+ Des évolutions poussées par les réglementations
+ Les sources de progrès à venir

Évolution du marché automobile
Le marché automobile

Sur les trente prochaines années, c’est la demande énergétique associée aux transports qui connaîtra la progression la plus importante. Le nombre de véhicules en circulation devrait doubler. Dans les pays émergents, le parc de véhicules devrait être multiplié par 4 d'ici 2030.

Quel impact sur l’environnement ?

L'automobile et l'environnement

L’augmentation du nombre de véhicules en circulation a un impact notable sur l’environnement. Parmi les nuisances occasionnées par le transport routier on distingue :
- La pollution atmosphérique par émissions de CO (monoxyde de carbone), HC (hydrocarbures imbrûlés), NOx (oxydes d'azote) et particules ;
- L’augmentation des émissions de gaz à effet de serre (CO 2) ;
- Les émissions sonores ;
- Les déchets liés à la production des véhicules et à leur traitement en fin de vie.

Mais depuis le début des années 80, le travail de la recherche et les normes antipollution ont eu pour conséquence la conception de voitures plus propres et économes : une voiture conçue en 2004 émet 4 fois moins de polluants qu’un véhicule de 1993 et 20 fois moins qu’un véhicule de 1980. Un effort qui est poursuivi par les constructeurs automobiles.

Les progrès déjà accomplis
Les réglementations pour les émissions

En 30 ans, les émissions de polluants réglementés des véhicules neufs ont été réduites dans l'Union Européenne par un facteur 10 à 100 grâce à des développements technologiques :

Sur les aspects carburants :
- généralisation de l’essence sans plomb et diminution de la teneur en benzène ;
- diminution progressive des teneurs en soufre des carburants.

Sur les aspects moteurs et post-traitement :
- pilotage électronique des grands paramètres du contrôle moteur, amélioration des systèmes d’injection et de la combustion ;
- systématisation en Europe des pots catalytiques pour les véhicules à essence en 1993 ;
- introduction des pots d'oxydation sur les véhicules diesel ;
- apparition des filtres à particules sur les véhicules particuliers diesel neufs et sur les flottes captives (bus, autocars et camions) en "rétrofit" (non équipées au départ).

Des évolutions poussées par les réglementations

La réglementation européenne

Les réglementations antipollution jouent un rôle déterminant dans ces évolutions technologiques. C'est particulièrement vrai pour les véhicules diesel dont certaines évolutions majeures de ces dernières années ont été poussées par la sévérisation des normes. Ainsi en Europe, le passage de la norme Euro 3 en 2000 à la norme Euro 4 en 2005 a conduit les constructeurs à proposer des véhicules émettant deux fois moins d'oxydes d'azote (NOx) et de particules. La norme Euro 5 a imposé des réductions d'émissions importantes pour les particules avec des filtres à l'échappement, et de l'ordre de 20  % pour les NOx. La norme Euro 6, prévue à l'échéance 2013-2015, devrait surtout concerner les NOx. Diverses technologies sont aujourd'hui à l'étude afin d'atteindre ces normes; elles conduiront cependant à un renchérissement du coût des moteurs et des systèmes de post-traitement.
La réduction des émissions de CO 2 sera en revanche un objectif difficile à atteindre, en tout cas dans des conditions économiquement acceptables pour le client. L'Union européenne a fixé un objectif de 130 g/km parcouru de CO 2 en 2012 et de 95g/km en 2020.

Les sources de progrès à venir

Les progrès de l'automobile

Le problème de la pollution automobile et de la dépendance des transports vis-à-vis du pétrole ne se règlera pas au travers d’une solution unique, mais par une variété d’approches technologiques autour de 2 axes essentiels :
- l’amélioration des moteurs et des carburants conventionnels,
- la conception de moteurs et de carburants alternatifs

 

+ Les grands débats > Quel avenir pour l'automobile ?

Liens utiles :

>> ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie)
>> CCFA (Comité des Constructeurs Français d'Automobiles)
>> PSA-Peugeot-Citroën
>> Renault
>> URF (Union Routière de France)

Liste de liens externes
Médias

Liste de liens

  • Imprimer la page

Chiffres clés

37.7 millions
c'est le parc automobile français en 2011 (Voitures Particulières + Véhicules Utilitaires).

48 %
c'est la progression de la production automobile en Chine entre 2008 & 2009.

800
voitures pour 1 000 habitants aux USA et 35 pour 1 000 habitants en Chine au 1er janvier 2009.

Testez vos connaissances

Formulaire mauve

Quelle proportion de ménages français possèdent au moins 2 voitures ?

Testez vos connaissances

Formulaire mauve

De 1985 à 2003, le nombre de voitures pour 1 000 habitants en Corée du Sud a été multiplié par ?