Recherche
Accès direct
Accueil

Impacts et risques environnementaux

L'impact environnemental de l'exploitation des gaz de schiste n'est pas neutre. De nombreuses améliorations ont été apportées depuis les débuts de l'exploration aux États-Unis, notamment dans le domaine de la gestion de la ressource en eau. L'effort de recherche doit être poursuivi.

+
+

L'empreinte au sol des installations de production
La gestion de la ressource en eau

L'empreinte au sol des installations de production

La production de pétrole ou de gaz à partir d'une couche non poreuse et imperméable nécessite un nombre de forages importants. Outre que le recours au forage horizontal permet de bien drainer la roche avec un nombre réduit de puits, il permet aussi de réduire notablement l'empreinte au sol des installations.

Aujourd’hui, du fait de l’usage de puits horizontaux parfois longs de plus d’un kilomètre, l’empreinte au sol ne représente que 0,2 à 0,4 % de la superficie drainée dans le sous-sol. En effet, une plateforme de forage (appelée aussi “ pad” ou “ cluster”) à partir de laquelle on peut forer jusqu’à une quinzaine de puits n’occupe que 1 à 2 hectares pour une zone drainée pouvant aller jusqu’à 500 hectares.

Les nouveaux développements visent à augmenter la longueur des puits horizontaux et donc à réduire encore le nombre d'installations au sol tout en augmentant la surface de drainage.

© Statoil Press gallery

Il y a trois périodes dans la vie d'un puits :

  • La phase de forage et de fracturation hydraulique
    C'est durant cette période que l'activité est la plus importante. Le forage nécessite un derrick et l'activité sur le chantier est permanente. Selon la profondeur et la complexité du puits, il faut compter entre 3 et 5 semaines pour la réalisation de cette étape, plusieurs mois pour un pad multidrains. Dans le cas d’un pad comportant une vingtaine de puits, l’activité de forage et de complétion s’étalera sur une durée de 1 à 2 ans.
    Tout est fait pour que les nuisances engendrées par cette activité industrielle soient minimisées (protection antibruit par exemple). Durant cette phase, l'espace au sol utilisé est de l'ordre d'un hectare.
    Lorsque les opérations de forage et de complétion sont terminées, le derrick est démonté.
  • La phase de production
    Pour cette phase, il ne reste en surface qu'une tête de puits permettant de contrôler la production. La surface utilisée se réduit et n'occupe plus que 0,2 hectare. L'évacuation de la production se fait par une canalisation généralement enterrée.
  • L'arrêt de la production
    Conformément au code minier en vigueur, lorsque la production cesse, le puits est sécurisé et le site est remis en état.

 

La gestion de la ressource en eau

La ressource en eau est un bien commun à tous et tout risque de conflit d'usage se doit d'être évité. La réglementation française est stricte et tout usage de l'eau pour une activité quelle qu'elle soit doit faire l'objet d'une autorisation qui n'est accordée qu'après une enquête prenant en compte le besoin de tous les utilisateurs.

Les besoins en eau pour le forage et la fracturation hydraulique d'un puits sont certes importants (de l'ordre de 10 000 à 15 000 m3) mais ne représentent que quelques jours d'irrigation d'un golf. De plus, une partie de l'eau revient en surface lors de la mise en production et est alors recyclée. Ensuite, durant de très nombreuses années l'exploitation du puits se poursuivra sans usage important d'eau.

Le recyclage de l'eau de production, associé à une gestion raisonnée de cette ressource, doit en permettre une utilisation durable et éviter des conflits d'usage.

 

A savoir : qu'est-ce qu'un permis d'exploration ?

Le permis d'exploration autorise les compagnies pétrolières à évaluer le potentiel pétrolier ou gazier d'une zone. En échange de l'attribution de ce permis, la compagnie s'engage à faire des travaux de recherche qui vont contribuer à la connaissance du sous-sol français.

  • Les équipes de recherche reprennent les documents existants et acquièrent de nouvelles données (acquisition sismique, campagne d'échantillonnage..).
  • Généralement, cette phase se termine par un puits d'exploration qui seul permet de valider les hypothèses émises par les explorateurs.

Dans la majorité des cas, le puits ne montre pas d'hydrocarbures ou en quantité très faible (indices).

Dans le cas où des hydrocarbures sont présents, on regarde si la production est économiquement rentable. Une demande de concession est alors faite par la compagnie. Cette concession est accordée par l'État pour une durée limitée.

 

 

+ Zoom : Les gaz de schistes ("shale gas")

Roland Vially, géologue à IFP Energies nouvelles - Juillet 2012

 

+ Publications > Etudes disponibles : "Hydrocarbures de roche-mère - État des lieux"

Roland Vially, Guy Maisonnier, Thierry Rouaud - IFP Energies nouvelles - Janvier 2013

 

Retour au sommaire "Les hydrocarbures non conventionnels"

 

Liste de liens externes

Liste de liens

  • Imprimer la page

Film « Gaz de Schiste »

> voir le film (produit par le GEP/AFTP - 16 min.)