Recherche
Accès direct
Accueil

Une mobilisation internationale

Effet de serre

Une voie nouvelle, le captage du gaz dès sa source de production et son stockage dans le sous sol, apparaît comme une solution prometteuse pour faire face au risque de changement climatique. Des percées scientifiques majeures sont attendues dans ce domaine.

Retour au sommaire "Capter et stocker le CO2"

Cadres Bleus

+ Une forte mobilisation de la recherche
+ Un intérêt croissant des industriels
+ Des avancées politiques et réglementaires

 

Une forte mobilisation de la recherche
Stockage-CO2-recherche

Il y a actuellement un foisonnement de projets de recherche internationaux, certains donnant lieu à la mise en oeuvre de pilotes.
- A Weyburn, au Canada, l'injection de CO2 est pratiquée à grande échelle, par la compagnie Encana, dans des gisements de pétrole dans le cadre d'un programme soutenu par l'Agence Internationale de l'Energie.
- La première expérience à grande échelle de stockage dans un aquifère salin a été engagée en Mer du Nord où, depuis 1996, le pétrolier norvégien Statoil injecte environ 1 million de tonnes de CO 2 par an.
- Au Brésil, depuis 1991 la compagnie pétrolière Petrobras injecte du CO2 dans un réservoir d'huile pour en améliorer la récupération et pour le stocker.
 IFPEN participe à ces 3 projets.
- Gaz de France réalise également une expérience en Mer du Nord au large des côtes néerlandaises, dans un gisement de gaz épuisé.
- L'Union européenne finance de nombreux programmes de recherche sur ce sujet: à titre d'exemple on peut citer le projet pilote d'injection de CO2 opéré par BP dans le nord de l'Algérie
- La France est fortement engagée tant au niveau national qu'international et soutient de nombreuses initiatives dans ce domaine, notamment via le Club CO2 qui regroupe les acteurs majeurs du domaine (IFP Energies nouvelles, BRGM, industriels) via l'ANR (Agence Nationale de la Recherche) qui finance des projets dans ce domaine, et le Fonds démonstrateur de l'Ademe destiné à financer des opérations de validation des technologies en conditions d'usages réels.

Un intérêt croissant des industriels


Pilote industriel de stockage du CO2

Les programmes de R&D sortent des laboratoires pour entrer dans une phase où les stratégies industrielles se mettent en place. Les projets d'installations pilotes ou de démonstration se multiplient, en Europe notamment, témoignant de la confiance des industriels dans cette technologie. Ils ont d'abord été initiés par les compagnies pétrolières et gazières qui se sont appuyées sur leur savoir-faire en matière de gestion et d'exploitation du sous-sol. Depuis quelques années, les industries émettrices de CO2 et en particulier les électriciens, les rejoignent. En Allemagne Vattenfall, EON et RWE ont des projets pilotes de centrales sans émissions de CO2. Total en France met en oeuvre un projet pilote à Lacq. Au Royaume Uni, BP lance aussi une première réalisation industrielle dans ce domaine.
Aux Etats-Unis également, un coup d'accélérateur a été donné aux recherches. Outre la production d'énergie, la filière intéresse aussi d'autres industriels dans la sidérurgie, la production de ciments ou le traitement des déchets.
IFPEN a créé avec Géostock et le BRGM la société Geogreen qui propose aux industriels des services dans le domaine du transport et du stockage géologique du CO2.
Parallèlement à cela, les actions pour constituer un cadre juridique et informer l'opinion publique sont en marche. Dans ce contexte, le captage et le stockage du CO2 pourraient se développer, à une échelle industrielle, d’ici 10 à 15 ans.

Des avancées politiques et réglementaires
Europe

Deux directives européennes ont été adoptées en avril 2009 :
- l'une définit les responsabilités de chaque acteur aux différentes étapes d'un stockage (modalités de prises de permis, fréquences des audits, etc.). Cette directive est en cours de transposition dans les Etats membres.
- l'autre met à jour le marché des quotas CO2 européen en y intégrant le captage et le stockage.

Par ailleurs, des financements pour les démonstrateurs européens ont été décidés (Fond de Relance Européen de 1,05 G€ pour le captage et au stockage du CO2 (CSC), attribution de 300 millions de tonnes de quotas pour la phase 3 du marché EU-ETS/European Emissions Trading Scheme).
La mise en place d'une réglementation dédiée au CSC se précise aussi aux États-Unis où la prochaine loi sur l'énergie devrait imposer des quotas et créer un marché global du carbone. En Australie, un processus d'attribution de permis de stockage est en cours de d'élaboration. Des aides nationales se mettent également en place, en France et aux Royaume-Uni notamment.

+ Les clés pour comprendre > Hydrocarbures, CO2 et effet de serre
+ Dossier : Captage et stockage géologique du CO2 - Accélérer le déploiement [Novembre 2009]

Liens utiles :

>> ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie)
>> AIE (Agence Internationale de l'Energie)
>> BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières)
>> Geogreen

En savoir plus...
Le captage du CO2

Le captage du CO2

Des technologies pour réduire les émissions de gaz à effet de serre

Fabrice LECOMTE, Paul BROUTIN, Etienne LEBAS

Editions Technip
Liste de liens externes

Liste de liens

  • Imprimer la page

Que représente cette image ?

Que représente cette image ?

Que représente cette image ?

Que représente cette image ?

Que représente cette image ?

Que représente cette image ?