Recherche
Accès direct
Accueil

Les enjeux

Automobile-débat

Si le XXe siècle a connu un développement spectaculaire de l’automobile et de l’aviation, le XXIe verra le transport routier se développer dans des proportions tout aussi impressionnantes, puisque dans les trente prochaines années, le nombre de véhicules en circulation progressera de 80 %. Cette forte poussée s’explique surtout par la demande des pays en développement comme la Chine, l'Inde ou le Brésil. Dans un contexte de volatilité des prix du pétrole et de lutte contre le changement climatique, répondre à l'accroissement de la demande de mobilité constitue un défi majeur pour le secteur du transport.

Cadres Bleus

+ Répondre à l'accroissement de la demande de transport
+ Maîtriser l'impact environnemental
+ La contribution de la technologie
+ Vers une électrification croissante des véhicules

Répondre à l'accroissement de la demande de transport

Croissance-demande-transport

Le développement économique, le libre échange et la pratique du flux tendu dans l'industrie entraînent une croissance du transport routier de marchandises au détriment du rail. L'accès à la civilisation automobile d'un plus grand nombre, notamment dans les pays émergents, est aussi à l'origine de l'augmentation de la demande de transport. Augmentation qui sera le principal moteur de la croissance de la consommation pétrolière dans le monde dans les prochaines années.

- 97 % des consommations d’énergie du secteur des transports sont assurées par le pétrole.
- Les transports utilisaient un tiers de la production mondiale de pétrole en 1973, contre plus de 50 % aujourd’hui.
- Le parc automobile, près d'un milliard de véhicules (voitures particulières et véhicules utilitaires) aujourd'hui, va doubler dans les deux ou trois prochaines décennies.
- La part des énergies alternatives dans les transports devrait progresser de 3 % aujourd'hui à 10-15 % à horizon 2030.
- En France, le transport de marchandises représente près de 70% du trafic routier.
- En France, il y a 598 véhicules pour 1000 habitants, en Chine 38, en Inde 16.

Maîtriser l’impact environnemental

nature-respect

Malgré l’émergence de nouvelles technologies, le couple "moteur à combustion interne/ carburants pétroliers" dominera, et pour longtemps encore, l’univers des transports routiers avec deux conséquences environnementales : une pollution urbaine et une pollution "globale" qu'il faut maitriser.

- La pollution urbaine, particulièrement sensible dans les zones de circulation denses ou mal ventilées, est provoquée par les polluants émis à l’échappement des moteurs à la suite du processus de combustion : le monoxyde de carbone (CO), les oxydes d’azote (NOx), les hydrocarbures imbrûlés (HC) et les particules de suie. Ces émissions font l’objet d’une réglementation grâce à laquelle l’industrie automobile a démontré sa capacité à générer des véhicules de plus en plus propres. Mais des marges de progrès existent pour continuer de réduire les émissions de polluants, et en particulier celles de NOx et de particules diesel.

- La pollution globale imputable à l’automobile est liée à l’émission de gaz carbonique (CO 2), mise en cause dans l’effet de serre et sa conséquence climatique : le réchauffement de la planète. Les transports routiers représentent à eux seuls 23 % des émissions de CO 2 en Europe.

L’Union européenne a fixé un objectif de 130 g/km parcouru de CO 2 en 2012 et 95 g/km en 2020. La moyenne des émissions de CO 2 des véhicules neufs vendus en France est de 133 g/km.

La contribution de la technologie

Recherche-environnement

Pour répondre aux enjeux du développement durable dans l'automobile, la contribution des technologies sera majeure. Les recherches devront être orientées vers :

- la poursuite des efforts en matière de diminution de pollution urbaine,
- la diminution des émissions de CO 2, en réduisant la consommation unitaire des véhicules,
- l'amélioration de l'efficacité énergétique des systèmes de motorisation,
- l'introduction de solutions alternatives et notamment le développement progressif de l'électrification des véhicules en commençant par une étape d'hybridation accrue.

Toutes les évolutions technologiques devront tenir compte des contraintes propres au marché automobile (concurrence très forte, réglementation, fiscalité) et représenter un coût économique acceptable par le consommateur.

Parallèlement à ces solutions technologiques, il ne faut pas négliger les pistes plus socio-économiques, visant à agir sur les comportements individuels, sur la gestion du trafic, la diversification des modes de transport et la mobilité des personnes et des marchandises.

Vers une électrification croissante des véhicules

l'électrification croissante des véhicules.

Pour réduire les émissions de CO2 et la dépendance pétrolière du secteur transports, les véhicules électrifiés présentent un potentiel important.

La puissance électrique disponible à bord du véhicule pour les besoins de la motorisation va donc être progressivement augmentée et le choix des solutions va se multiplier. De l'hybride simple à l'hybride plug-in en passant par le véhicule purement électrique, les configurations sont nombreuses et elles tendent toutes vers des performances environnementales améliorées. Les perspectives pour le marché mondial de l'hybride sont estimées entre 6 et 7 % des ventes à l'horizon 2018.

+ Les clés pour comprendre > Automobile et carburants > Le marché automobile

Liens utiles :

>> ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie)
>> CCFA (Comité des Constructeurs Français d'Automobiles)
>> URF (L'Union Routière de France)

Liste de liens externes
Médias

Liste de liens

  • Imprimer la page

Chiffre clé

25 %

de la demande mondiale d'énergie concerne le transport

Animation interactive