Recherche
Accès direct
Accueil

Une dimension géostratégique

Gaz naturel

La montée en puissance du gaz pose la question, pour de nombreux pays, de l'indépendance énergétique. Le contexte géopolitique, la concentration de la production entre les mains de quelques pays et la dépendance externe croissante des pays consommateurs ont fait du gaz un nouvel enjeu de pouvoir. La dimension géostratégique du gaz s'accroit à mesure que les déséquilibres régionaux s'accentuent.

Cadres Bleus

 

 
 

+ Un marché gazier qui s'internationalise
+ Transport et sécurité des approvisionnements

 

 
Un marché gazier qui s'internationalise
gaz-naturel-international

L'éloignement entre les zones de consommation et de production, qui se produit à l'échelle régional et local, entraîne une expansion rapide du commerce international du gaz naturel pour couvrir la demande. Ces dix dernières années, les échanges gaziers internationaux ont bondi de 58 % par rapport à une augmentation de la consommation de 31 %.

Parmi les principaux exportateurs dans le monde figurent : la Russie, la Norvège, l'Algérie, le Qatar et les Pays-Bas qui fournissent notamment une part importante du gaz de l'Europe; mais aussi le Turkménistan, l'Indonésie et la Malaisie.

Le déclin ou la stagnation de la production de certains pays importateurs conduit à une multiplication des échanges internationaux et à la création de nouvelles routes gazières entre les différentes régions du monde. L'arrivée de nouveaux fournisseurs comme le Qatar, l'Égypte et le Nigeria a permis une diversification de l'offre.

Dans ce contexte, le gaz naturel se trouve aujourd'hui au cœur de nouveaux enjeux géostratégiques. Les principales réserves sont situées dans des régions instables sur le plan économique et politique. A l'image du marché pétrolier, la géopolitique risque donc de s'inviter de plus en plus sur la scène gazière. La crise du gaz russo-ukrainienne de janvier 2009 faisant suite à la crise du 1 er au 4 Janvier 2006 a été d'une ampleur sans précédent et a mis en lumière une certaine vulnérabilité européenne. Autre exemple plus récent, le printemps arabe en 2011 a impacté les livraisons libyennes vers l'Europe et égyptiennes vers Israël.

 

Transport et sécurité des approvisionnements
Gaz-naturel-transport-sécurité

L'internationalisation des marchés gaziers rend particulièrement sensible la question de la sécurité des approvisionnements. La chaîne gazière étant longue et coûteuse, la distance entre pays producteur et pays consommateur est une donnée majeure des politiques d'approvisionnement. Le transport du gaz naturel requiert des infrastructures spécifiques et des techniques particulières. Le gaz occupe à la pression atmosphérique un volume très important et cette énergie doit être confinée en permanence. Le coût de transport peut être 5 fois plus élevé que celui du pétrole à contenu énergétique identique. Or les marchés gaziers, d'abord tournés vers les ressources nationales, s'orientent progressivement vers des fournisseurs de plus en plus lointains.

Aujourd'hui, plus des deux tiers des échanges de gaz se font via des gazoducs, terrestres ou sous marins, le reste faisant l'objet d'échanges mondiaux de GNL par méthaniers. Cet état de fait explique aisément la nature régionale des échanges gaziers.

Le transport par gazoducs, solution la plus répandue, comporte deux handicaps :

  • rigidité quant aux sources d'approvisionnement
  • problèmes posés par les pays de transit

Les échanges par gazoduc en 2011

- Hausse des échanges de 2,2 %

- Mise en service du gazoduc Nord Stream qui permet d'acheminer directement le gaz russe vers l'Europe par la mer Baltique

- Forte hausse des livraisons du Turkménistan vers la Chine

- Augmentation des exportations des Etats-Unis vers le Canada

- Les trois premiers pays importateurs, les Etats-Unis, l'Allemagne et l'Italie, couvrent 1/3 des échanges.

- La Russie renforce son rôle de premier exportateur, avec une part largement majoritaire de 30% des échanges.

Le GNL (Gaz Naturel Liquéfié) transporté par des méthaniers est appelé à jouer un rôle croissant pour 3 raisons :

- au-delà d'une certaine distance, le GNL revient moins cher que le transport par gazoduc
 - le GNL permet de s'affranchir des contraintes géopolitiques auxquelles sont soumis les gazoducs lorsqu'ils traversent des territoires nationaux.
 - enfin le GNL apporte de la flexibilité, une diversification des sources d'importation et une amélioration de la sécurité de l'approvisionnement.

Cela reste néanmoins une solution coûteuse qui implique de nombreuses infrastructures (usines de liquéfaction et de regazéification) et de lourds investissements qui nécessitent des accords à long terme signés avec les producteurs.

Durant les années récentes, on a observé une augmentation très rapide de la demande de GNL, et une accélération du développement de nombreux projets de liquéfaction (bassin pacifique) pour y répondre. L'essor des marchés émergents et la catastrophe de Fukushima qui ont relancé la demande asiatique expliquent cette dynamique. Dans les prochaines années, les perspectives de développement du GNL restent également favorables en Europe, afin de diversifier les sources et les voies de l''approvisionnement.

Le GNL bénéficie des progrès technologiques de l'industrie offshore qui favorisent son expansion : En 2011, la première unité flottante de liquéfaction au monde a été lancée au large de la côte ouest de l'Australie. Du côté de la regazéification, 12 usines flottantes sont en service dans le monde et une quinzaine sont en projet.

Les échanges par méthaniers en 2011

- Hausse des échanges par méthaniers de 9 % tirée par la demande asiatique

- Le Royaume Uni devient le premier importateur européen de GNL

- Montée en puissance des exportations du Qatar, qui représentent plus de 30 % du commerce mondial de GNL

- Le Japon renforce son statut de premier importateur de GNL, avec 1/3 des échanges mondiaux.

 
+ Les clés pour comprendre > Les sources d'énergie > Le gaz naturel
 

Liens utiles :

>> AIE (Agence Internationale de l'Energie)
>> BP Statistical Review
>> CEDIGAZ
>> Connaissance des énergies 
>> GDF Suez
>> Prosernat (partenaire industriel de l'IFP spécialisé dans le traitement de gaz et d'huile sur champs)
>> UFIP (Union Française des Industries Pétrolières)
>> World Energy Council

 
En savoir plus...
Liste de liens externes

Liste de liens

  • Imprimer la page

Notre engagement dans la COP21

En décembre 2015, la France a présidé la Conférence des Parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP21).

 > IFPEN, acteur COP21 : des innovations pour relever les défis du changement climatiques