Recherche
Accès direct
Accueil
Accueil > Espace Découverte > Les grands débats > Quel avenir pour le pétrole ? > L'évolution de la demande énergétique

L'évolution de la demande énergétique

L'avenir du pétrole

D'ici 2030, la demande énergétique mondiale va augmenter. Mais de combien ? Le temps béni du pétrole abondant, facile à pomper et bon marché est sans doute sur le point de s’achever. Mais à quel rythme ? Des incertitudes pèsent sur ces deux variables qui sont pourtant étroitement liées.

Cadres Bleus

 

 
 

+ Des besoins croissants en énergie
+ Une demande tirée par celle des pays émergents
+ La part croissante du secteur transport
+ La prédominance des énergies fossiles
+ Pétrole et transition énergétique
+ Les réserves de pétrole vont-elles suivre ?

 
Des besoins croissants en énergie
Croissance besoins-petrole

Dans les années à venir l'augmentation de la population mondiale et l'accroissement du revenu moyen par habitant devraient entraîner une hausse de la demande en énergie primaire de plus de 50 %, une prévision qui reste entachée d'incertitudes tant il est difficile d'évaluer avec précision l'évolution des populations, des économies, des modes de vie, des technologies, voire des évolutions géopolitiques.

Croissance-energetique

Une demande tirée par celle des pays émergents
energie-pays-emergents

La croissance de la consommation sera en grande partie tirée par les pays émergents, dont certains, comme la Chine ou l’Inde, connaissent une croissance économique soutenue. La demande de ces pays augmentera, en effet, trois fois plus vite que celle de la zone OCDE pour atteindre près de la moitié de la demande totale de pétrole à l'horizon 2030 (contre 13 % en 1970).

 

La part croissante du secteur transport
Croissance-transport

Sur le plan sectoriel, cette hausse de la consommation pétrolière mondiale proviendrait pour les deux tiers des transports, et plus particulièrement du transport routier. Leur part dans la demande finale de produits pétroliers devrait progresser de 50 % en 2000 à 60 % en 2030. Le pétrole reste difficilement substituable dans les transports qui dépendent à 97 % des produits pétroliers.

La prédominance des énergies fossiles
La prédominance des énergies fossiles.

Faute de solutions alternatives permettant une substitution rapide et massive du pétrole, en particulier dans les transports, les énergies fossiles (pétrole, gaz et charbon) resteront prédominantes dans les prochaines décennies. Elles représenteront plus de 80 % de l'augmentation de la demande mondiale en énergie entre 2004 et 2030.

Pétrole et transition énergétique
Pétrole et transition énergétique.

Il n'y aura pas de substitution brutale au pétrole. La transition vers une autre source d'énergie va se faire progressivement et sur plusieurs décennies. Nous entrons dans une ère où l'utilisation du pétrole, en particulier dans le secteur transports, coexistera avec de nouvelles énergies. Il faut donc continuer d'assurer l'approvisionnement en pétrole pour les usages où il est aujourd'hui irremplaçable (transport et pétrochimie). L'enjeu n'est pas de le produire jusqu'à la dernière goutte mais de donner à notre société le temps nécessaire au développement d'énergies susceptibles de le remplacer.

Les réserves de pétrole pourront-elles suivre ?
Reserves-mondiales-pétrole

D’après certains experts, face à une demande mondiale en hausse constante, la pénurie pourrait progressivement s’installer. En un peu plus d'un siècle, nous aurions déjà consommé la moitié des réserves de pétrole découvertes, lentement accumulées dans le sous-sol pendant des centaines de millions d'années. La seconde moitié serait consommée infiniment plus vite que la première, du fait d’une demande énergétique mondiale beaucoup plus forte. Un scénario alarmiste à tempérer compte tenu des progrès continus des technologies : une partie de ce qui n’était pas récupérable ou exploitable hier l’est aujourd’hui et une partie de ce qui ne l’est pas aujourd’hui, le sera demain. S'il faut s'attendre à une baisse de la production avant la moitié de ce siècle, cela ne signifiera pas pour autant la fin brutale du pétrole. Le pétrole sera encore produit et consommé bien au-delà de la fin du siècle.

 

 

Quelques chiffres

  • 16 % de la population mondiale se partage 70 % de la consommation mondiale de pétrole.
  • En moyenne, 4 barils de pétrole sont consommés par habitant et par an dans le monde : 11 par Français, 20 par Américain, 1,5 par Chinois.
  • Concernant le pétrole conventionnel, on a consommé jusqu'à aujourd'hui autour de 1000 milliards de barils de pétrole. Il resterait à produire (réserves existantes + réserves restant à découvrir) :
     - un peu plus de 1 000 milliards de barils de pétrole d'après l'ASPO ( Association for the Study of Peak Oil),
     - plus de 2 000 milliards de barils (valeur moyenne) d'après l'USGS ( United States Geological Survey).
 

  

+ IFP Energies nouvelles > Axes de recherche > Hydrocarbures responsables

  

Liens utiles :

>> AIE (Agence Internationale de l'Energie)
>> ASPO (Association for the study of peak oil and gas)
>> Connaissance des énergies 
>> DAC (The Oil Depletion Analysis Centre)
>> Site de Jean-Marc Jancovici
>> USGS (United States Geological Survey)

En savoir plus...
Géopolitique de l'énergie

Géopolitique de l'énergie

Besoins, ressources, échanges mondiaux

Jean-Pierre FAVENNEC

Nouvelle édition augmentée et actualisée - Septembre 2009

Editions TECHNIP
Liste de liens externes

Liste de liens

  • Imprimer la page

Notre engagement dans la COP21

En décembre 2015, la France a présidé la Conférence des Parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP21).

 > IFPEN, acteur COP21 : des innovations pour relever les défis du changement climatiques