Recherche
Accès direct
Accueil

Éthanol de 2e génération - La voie biochimique

 

Ethanol

L'éthanol de 2e génération, destiné aux moteurs à essence, est produit par des procédés biochimiques. Il s’agit toujours, comme dans la 1re génération, de produire de l'éthanol par fermentation de sucres. Mais cette fois, la source végétale ne fournit pas directement un sucre exploitable.

La 2e génération utilise en effet une ressource dite « lignocellulosique », tirée de certains végétaux, du bois et de la paille, qui impose des étapes de transformation supplémentaires.

1. Des 3 constituants majeurs de la lignocellulose – cellulose, hémicelluloses et lignine – seule la cellulose (polymère de glucose) est aujourd'hui facilement transformable en éthanol.
Il faut donc tout d’abord extraire la cellulose de la biomasse par un traitement physico-chimique.

2. La cellulose est ensuite transformée en glucose (sucre simple) par hydrolyse à l'aide d'enzymes. Les enzymes, produits à partir de micro-organismes (par exemple le champignon tricchoderma reesei), dégradent naturellement la cellulose en glucose.

3. Le glucose est ensuite transformé en éthanol par fermentation sous l'action de levures, selon le même processus que pour la 1re génération.

4. Enfin, l'éthanol est purifié par distillation et déshydratation.

 

Cette production se heurte à deux défis :

- Le coût de la transformation de la cellulose en sucres est élevé, car elle nécessite une grande quantité d'enzymes. La recherche s’oriente vers la production de nouvelles enzymes plus efficaces et à moindre coût.

- Les coproduits, hémicelluloses et lignine, ne sont pas ou peu valorisés. La recherche s’oriente, cette fois, vers l'utilisation de la lignine comme source d'énergie pour les différentes étapes du procédé, ou encore l'utilisation des hémicelluloses pour la production d'enzymes.

Pleins feux sur… le projet Futurol

Lancé en 2008, le projet Futurol a pour objectif de commercialiser un procédé industriel français de production d'éthanol cellulosique d'ici 2016, comparable du point de vue économique à l'éthanol de 1 re génération.
Futurol réunit le meilleur de la R&D française dans ce domaine (IFP Energies nouvelles, INRA, ARD*) mais aussi des partenaires de l'industrie et de la finance. Un pilote industriel fonctionne aujourd'hui dans la Marne et traite une tonne de biomasse par jour.

Dossier de presse de l’inauguration du pilote Projet Futurol

* INRA : institut scientifique de recherche agronomique
   ARD : Agro-industrie Recherche et Développement

 

>> Retour au sommaire "La fabrication des biocarburants : 3 générations"

Liste de liens externes

Liste de liens

  • Imprimer la page