Recherche
Accès direct
Accueil

Prix de revient des biocarburants

 
Prix de revient

La question du prix de revient des biocarburants est un point essentiel pour leur avenir à long terme. Aujourd’hui, la production de biocarburants coûte plus cher que celle de l'essence ou du gazole.

Des biocarburants… à quel prix ?
A quantité d'énergie équivalente, le surcoût (hors taxes), par rapport à l'essence, de l'éthanol produit en Europe ou aux États-Unis est d’environ 50 à 80 %. Le Brésil est le seul pays où, compte tenu de coûts de production plus faibles, l'éthanol est compétitif par rapport à l'essence. Quant au biodiesel, son surcoût par rapport au gazole pétrolier reste également important, de l'ordre 30 à 75 %.

Le développement des biocarburants nécessite donc, dans la grande majorité des cas, un soutien de la part des pouvoirs publics :
- défiscalisation à la vente,
- soutien direct ou indirect à la production des matières premières ou à l'investissement dans les unités de fabrication,
- et, plus récemment, obligation d'incorporation dans les carburants, comme c’est le cas en France notamment.

Quand le prix du pétrole fait grimper celui du bioéthanol…
A priori, la hausse des prix du pétrole brut rend les biocarburants plus rentables. Cependant, il convient de nuancer ce principe. La production d'éthanol consomme elle-même de l’énergie : la production des matières premières s’appuie sur une agriculture intensive qui dépend du prix du pétrole en raison de la forte mécanisation et de la consommation importante d'engrais, d'eau, de pesticides, etc. Résultat : quand le prix du pétrole augmente, les coûts de production des biocarburants grimpent aussi.

En Europe, la parité euro/dollar va aussi avoir un impact sur l’attractivité des biocarburants, puisque le pétrole est coté en dollars et les biocarburants sont proposés en euros. Ainsi, un euro fort par rapport au dollar réduit la compétitivité des biocarburants.
 

A savoir

Le prix de revient des biocarburants n’est pas fixe : il varie en fonction du cycle économique des matières premières agricoles, dont les cours peuvent augmenter ou diminuer fortement du fait de la croissance économique ou d'aléas climatiques défavorables…

 
D’importantes marges de progrès
Il reste des marges de progrès, notamment avec le développement industriel des filières et de nouveaux débouchés pour les coproduits (glycérine comme coproduit du biodiesel par exemple). Ces évolutions devraient générer des innovations technologiques et des effets d'économie d'échelle.

 

>> Retour au sommaire "Les biocarburants et l'environnement"

Liste de liens externes

Liste de liens

  • Imprimer la page