Recherche
Accès direct
Accueil
Accueil > Espace Découverte > Tous les Zooms > Le marché automobile : le tableau de bord d’IFPEN n°9 – Août 2018

Le marché automobile : le tableau de bord d’IFPEN n°9 – Août 2018

août 2018

Plus d’un million de véhicules électriques en circulation en Europe.

Avec 7,5 millions de véhicules légers vendus dans le monde en juillet, le marché automobile progresse de 2 % par rapport à l’année dernière (Fig. 1). Si le marché européen reste très dynamique avec une croissance de 8,8 % en glissement annuel, les ventes reculent aux USA (-3 %) et en Chine (-3 %). Comme anticipé, le marché automobile chinois ralentit dans un contexte de guerre commerciale avec les USA et de ralentissement de la croissance économique. Afin de soutenir l'économie, le gouvernement a annoncé des mesures de relance budgétaire ce qui pourrait contribuer à soutenir les ventes de véhicules à court terme.
 
En Europe, les chiffres de juillet sont impressionnants avec des taux de croissance de 19 % en France et en Espagne, 12 % en Allemagne, 4 % en Italie,… Mais ces bons chiffres pourraient cacher en fait un artefact législatif. En effet, à partir du 1er septembre, la norme d’homologation relative à la mesure des émissions de polluants et de CO2 des véhicules change : la norme NEDC est remplacée par la norme WLTP qui s’appuie sur un cycle plus représentatif des conditions de conduite. La mise en place de cette nouvelle norme plus sévère pourrait perturber dans les mois à venir le marché automobile en Europe. En effet, certains constructeurs ont décidé de stopper prématurément la commercialisation de certains modèles de véhicules et d’autres risquent d’être temporairement indisponibles.

                                           Cliquer sur les images pour les agrandir

Les immatriculations de véhicules électriques  (VE = BEV + PHEV) dans le monde ont légèrement baissé en juillet à 151 000 mais sont en augmentation de +63 % par rapport à l’année dernière (Fig. 2). Les ventes cumulées de VE pour cette année totalisent les 900 000 véhicules, en ligne avec notre prévision de ventes pour l’année de 1,9 million de VE (Fig. 3).
 
Plus de 29 500 véhicules électriques ont été immatriculés le mois dernier aux États-Unis (Fig.4), soit une augmentation de 94 % par rapport à juillet 2017. Pour la première fois, la part de marché des VE aux USA dépasse les 2 % des ventes de véhicules. Derrière ces très bons chiffres on trouve surtout les ventes du Modèle 3 de Tesla avec 14 250 unités. Avec un tel résultat, Tesla met fin (en tout cas temporairement) à beaucoup de rumeurs sur sa capacité à produire son modèle phare. Reste à voir si les prochains mois confirmeront cette tendance. Actuellement, Tesla détient 38 % du marché du VE aux USA, loin devant Chevrolet avec 12 %.

Le marché européen des VE a légèrement baissé en juillet avec 27 000 immatriculations, en hausse de 30 % par rapport à l'an dernier (Fig. 5). Cet été, le cap du million de VE en circulation en Europe a été atteint (Fig. 6). L’Europe est donc actuellement le deuxième marché mondial du VE, derrière la Chine (1,5 million), mais devant les USA (900 000). On estime à 3,8 millions le nombre de VE en circulation dans le monde, soit 0,4 % du stock de véhicules légers mondial (autour de 1 milliard).
 
En Chine, les ventes de VE ralentissent avec 75 000 unités vendues au mois de juillet (Fig. 7), en augmentation de ‘seulement’ 68 % par rapport à l’année dernière (contre plus de 133 % en mai et 122 % en avril). La baisse des subventions pour les petites citadines électriques (autonomie inférieure à 150 km) expliquerait cette tendance et rappelle une fois de plus le rôle-clef des subventions à l’achat et des politiques publiques pour soutenir les ventes de VE.
 
Le marché français du VE est en hausse de 18 % en juillet avec 2 880 véhicules immatriculés (Fig. 8). En cumulé sur l’année, les ventes sont en hausse de 17 %, par rapport à la même période de l’année dernière, mais la part de marché des VE progresse peu et reste sous les 2 % (pour rappel l’objectif du gouvernement est de 6 %, fin 2022). Au total, on compte un peu moins de 145 000 VE en circulation en France (dont 75 % BEV). La part du diesel en France tombe à 38,7% des ventes de voitures particulières, proche de la moyenne européenne (37 % - Fig. 9).

La consommation de carburants routiers (essence et diesel) dans les pays de l’OCDE continue de croître à un rythme soutenu. En juillet la consommation a dépassé les 26 000 b/j (Fig. 10), en augmentation de +1,4% par rapport à l’année dernière (+2,4 % vs. la moyenne quinquennale). Cette augmentation est principalement due à la consommation de diesel qui devrait croître de +2 % cette année contre une légère baisse (-0.1%) pour l’essence. Globalement, dans les pays de l’OCDE, la part du diesel dans la consommation de carburants routiers approche les 45 % contre 35 % seulement en 2005 (Fig. 11).
 
Les prix des carburants à la pompe sont de nouveau orientés à la hausse, tirés par les politiques fiscales et la remontée du dollar et du pétrole brut (en juillet, le Brent cotait en moyenne 74,3 $/b, en augmentation de 53 % par rapport au mois de juillet 2017). En France, le prix moyen de l’essence SP95 atteint 1,53 €/l  (+16 % vs. Juillet 2017) et le diesel à 1,45 €/l (+ 23 % vs. Juillet 2017) (Fig. 12). Sur les marchés internationaux, le pétrole brut reprend sa tendance haussière. Plusieurs facteurs viennent en effet soutenir les prix du baril : les sanctions américaines envers l’Iran (les mesures affectant le secteur pétrolier seront en vigueur en novembre prochain), la baisse des stocks pétroliers et des incertitudes sur l’évolution de la production en Iran, au Venezuela et en Libye.

L’avenir des poids-lourds zéro émission pour le transport professionnel se précise avec les déclarations des constructeurs de nouveaux véhicules.
 
Avec une consommation estimée à environ 17 millions de barils par jour (mb/j), soit environ 20 % de la demande mondiale de pétrole, le fret routier représente aujourd'hui plus de 35 % des émissions de CO2 liées au transport et environ 7 % des émissions totales de CO2 liées à l'énergie. (source AIE).
 
Après l’annonce de Tesla en novembre dernier de la mise sur le marché dès 2019 d’un semi-remorque 100 % électrique, Daimler avait annoncé son E-Fuso Vision One. Toyota vient de dévoiler un nouveau tracteur de classe 8 hydrogène. Baptisé Beta en interne, ce nouveau prototype porte l’autonomie à plus de 480 km.
 
L’hydrogène semble séduire de plus en plus. La région Rhône Alpes lance ainsi le projet Zero Emission Valley qui a pour objectifs d’investir dans 1 000 véhicules à hydrogène et d’installer 20 stations de recharge dans la région. Pour rappel (cf. numéro de juin), le plan hydrogène prévoit de déployer 100 stations-service, 5 000 véhicules utilitaires légers (VUL) et 200 véhicules lourds (bus, camions, trains TER et bateaux) à l’horizon 2023. D’ici 10 ans, la cible est de 400 à 1 000 stations, 20 000 à 50 000 VUL, 800 à 2 000 véhicules lourds.

(Dans ce rapport : véhicule électrique (VE) est défini comme : véhicule électrique à batterie (BEV) + véhicule électrique hybride rechargeable (PHEV)
Sources : AIE, Bloomberg, DGEC, LMC, EAFO, ACEA, EERE, CNAAM, AVERE, blogs (ev-sales, insideevs, hybridcars,…). Chiffres provisoires et sujets à révisions)

Auteurs : Karine Beauquin - Elisabeth Ubrich - Cyprien Ternel - Jérôme Sabathier
              de la Direction Économie et Veille d'IFPEN

Liste de liens externes

Liste de liens

  • Imprimer la page

Suivre IFP Energies nouvelles (IFPEN)

sur Twitter

sur YouTube