Recherche
Accès direct
Accueil
Accueil > Espace Découverte > Tous les Zooms > Marchés pétroliers et crise de la dette : tendances et enjeux > Les prix du brut : le rendez-vous avec Guy Maisonnier [ Juin 2009 ]

Les prix du brut : le rendez-vous avec Guy Maisonnier [ Juin 2009 ]

Guy Maisonnier
 

Juin 2009

Stabilisé aux alentours de 40 dollars en début d'année, le prix du pétrole a gagné près de 20 $/b depuis début mai pour s'établir désormais autour des 70 $/b. Le scénario de 2008 va-t-il se reproduire ? A quand les 100 $/b ?

 

  • Une question simple : peut-on tenter d'expliquer la hausse de ces deux derniers mois ?

G.M. : Deux facteurs ont été déterminants dans cette évolution. C'est d'abord la vision d'un changement de contexte économique ("Le seuil bas est atteint") qui s'est manifesté par une très forte reprise des marchés boursiers à partir du 9 mars. Depuis cette date, et en dehors de corrections ponctuelles en particulier fin mars, le mouvement a été régulier jusqu'à la mi-mai. Le pétrole a suivi ce mouvement avec un décalage d'un mois environ. Le deuxième facteur est lié à la faiblesse du dollar. On constate en effet, et ce fut particulièrement significatif en 2008, une certaine corrélation entre ces deux marchés.

  • Cela signifie-t-il que les prix ne réagissent plus aux fondamentaux du marché ?

G.M . : c'est en partie vrai dans la mesure où l'équilibre offre / demande est moins tendu que ce que l'on pouvait imaginer en début d'année. L'ajustement de la production OPEP appliqué depuis janvier n'est plus suffisant pour créer une tension. Ceci s'explique par les fortes corrections à la baisse de la demande prévue en 2009. Néanmoins les marchés fonctionnent par anticipation. L'idée d'un début de reprise au niveau mondial en 2010 annoncé par le FMI (1) laisse penser que le marché devrait progressivement se tendre. Les opérateurs commerciaux et financiers se sont donc naturellement tournés vers le marché pétrolier dont le prix est susceptible de progresser.

  • Peut-on donner une explication à ce nouvel équilibre autour des 70 $/b ?

G.M . : nos prévisions présentées à Panorama 2009 en début d'année tablaient sur une progression de 40 à 60 $/b au cours de l'année et un prix moyen de 50 à 60 $/b. L'estimation de cette fourchette reposait sur la structure de production du marché pétrolier. Son équilibre passe par le développement de gisements de plus en plus coûteux qui définissent le seuil minimum tenable. Ce sont aujourd'hui les huiles lourdes qui fixent la fourchette haute et qui influent les prix sur une tendance longue. Nous avions envisagé dans notre scénario une décote compte tenu de l'ampleur de la crise. Le marché est actuellement plutôt au dessus de ce scénario. Sur l'année toutefois, si l'on tient compte des prévisions actuelles des marchés à terme (72 $/b en décembre), le prix moyen pourrait se situer autour de 60 $/b. La Banque Mondiale l'estime pour sa part à 55 $/b.

  • Faut-il à nouveau s'attendre à de fortes variations d'ici la fin de l'année ?

G.M . : La volatilité à venir est à peu près le seul paramètre dont on soit sûr. Les facteurs susceptibles de perturber le marché sont en effet nombreux. Le retournement boursier en cours semblerait indiquer que les anticipations ont été exagérées. S'agit-il d'une consolidation avant une reprise, nul ne le sait. Concernant l'Euro, on observe également une stabilisation autour des 1,4 $. Là encore il est difficile de prévoir le taux d'équilibre à venir. Les tensions géopolitiques dans des pays pétroliers sensibles reviennent sur le devant de la scène. C'est le cas en Iran avec les élections contestées ou au Nigeria avec une intensification des tensions dans le delta du Niger. Si nous restons dans la logique qui s'appuie sur le coût des huiles lourdes, une volatilité dans la zone 60 et 80 $/b est envisageable. Au delà de ces évolutions ponctuelles et erratiques, une chose semble en tout état de cause intégrée par le marché : le pétrole sera orienté à la hausse à terme.
(1) FMI : Fonds Monétaire International
 

Prix du pétrole en 2009 (Brent spot et marché à terme)

Prix du Brent en 2009 (spot et marché à terme) - juin 2009

1: -/+ Recherche d'un prix d'équilibre en janvier (Incertitudes : Demande ? Gestion Opep ?)
2 : + Dépassements OPEP sur janvier confirmés (+ 1,3 Mb/j);
3 : + Optimisme boursier à partir du 9 mars; Réunion OPEP du 15 mars visant au respect des quotas;
4 : - Correction baissière; Ultimatum le 29 mars sur l'industrie automobile américaine;
5 : + Le "G20" du 2 avril redonne espoir;
6 : -/+ Nouveau recul de la demande prévue pour 2009 mais baisse des dépassements OPEP (+ 0,7 Mb/j);
7 : + Anticipation de reprise (effet boursier) et effet Euro;
8 : -/+ Consolidation des marchés boursiers; Tensions au Nigeria;
9 : + Vision d'une reprise économique progressive.

<< Retour à la dernière édition du Rendez-vous avec Guy Maisonnier

Liste de liens externes

Liste de liens

  • Imprimer la page

Suivre IFP Energies nouvelles (IFPEN)

sur Twitter

sur YouTube