Recherche
Accès direct
Accueil
Accueil > Espace Découverte > Tous les Zooms > Un pétrole durablement cher ?

Un pétrole durablement cher ?

mars 2006
Nathalie Alazard, Directeur Économie et Veille d'IFP Energies nouvelles

 
 Nathalie Alazard, Directeur Économie et Veille de l'IFP, répond à nos questions.

 

 

Picto Vidéo

Média : voir l'intégralité de l'interview de Nathalie Alazard (10 min)

 

Résumé :

  • Quelles sont les causes de l'augmentation du prix du baril de brut ?

N.A.  : Cette augmentation est due à un manque de flexibilité entraînant des tensions sur l'ensemble de la chaîne pétrolière :
 - les capacités de production n'ont pas suivi l'explosion de la demande
 - les capacités de raffinage sont saturées
 - les stocks industriels de bruts et produits pétroliers des pays industrialisés (exprimés en nombre de jours de consommation) sont en diminution constante depuis les années 90.
 A cela s'ajoutent des phénomènes conjoncturels (tensions avec l'Iran, ouragans dans le Golfe du Mexique par exemple).

  • Les prix élevés du pétrole vont-ils durer ?

N.A.  : Les analystes s'accordent aujourd'hui sur le fait que les prix du pétrole devraient rester durablement élevés, et ce pour 3 raisons :

- l'augmentation des capacités de production se fera mais sera lente. Il ne devrait pas y avoir à court moyen terme de reconstitution des capacités excédentaires de production, ces capacités "dormantes" qui représentaient dans les années 90 plus de 5 % de la consommation mondiale et permettaient de faire face à des problèmes temporels et locaux de rupture de production :

 

. parce que l'accès, pour les compagnies privées, aux zones offrant le plus de potentiel en terme de nouvelles découvertes ou de production reste difficile

 

. parce que certaines compagnies nationales, craignant une nouvelle baisse du prix du brut, développent avec prudence de nouvelles capacités

 

. parce qu'avec l'augmentation très forte des investissements, l'industrie pétrolière et parapétrolière souffre aujourd'hui d'un manque d'équipement et de personnel qualifié

- le pétrole à produire est de plus en plus technique, et de donc de plus en coûteux

- les capacités de raffinage ne pourront être améliorées avant des années (5 ans pour mettre en oeuvre une unité).

 
  • Quelles sont les énergies alternatives, notamment dans les transports ?

N.A.  : Le transport est dépendant des produits pétroliers à plus de 98 %. Des solutions partielles existent pour réduire cette dépendance, mais aucune substitution massive n'est possible, en tout cas à court terme.
 Les biocarburants sont une solution, mais une solution partielle. Le développement massif des biocarburants pose le problème de la disponibilité des terres agrcioles et de la concurrence entre terres agricoles dédiées aux cultures alimentaires et terres agricoles dédiées aux cultures énergétiques. Pour pallier en partie ce problème, de nouveaux axes sont privilégiés, comme la production de biocarburant à partir de la biomasse ligno cellulosique (c'est à dire à partir de bois ou de paille de céréales).

+ Les clés pour comprendre > Le contexte économique > Le prix du pétrole
+ Les grands débats > Quel avenir pour le pétrole ?

En savoir plus...
L'énergie, à quel prix ?

L'Énergie, à quel prix ?

Les marchés de l'énergie

Jean-Pierre FAVENNEC

Editions TECHNIP
Liste de liens externes
Médias

Liste de liens

  • Imprimer la page

Suivre IFP Energies nouvelles (IFPEN)

sur Twitter

sur YouTube