FacebookTwitterLinkedInImprimer

IFPEN est engagé dans de multiples projets de recherche fondamentale avec des acteurs académiques et industriels. Ces projets bénéficient d’un soutien public dans le cadre national et européen en répondant aux appels à projets de l’Agence nationale de la recherche (ANR), de l’Horizon 2020, de la région Auvergne-Rhône-Alpes et de bien d’autres encore.

En 2018, 13 projets impliquant IFPEN ont bénéficié d’un financement ANR (dont 6 coordonnés par IFPEN).

 

ANR   
  exemples de projets bénéficiant d'un financement ANR 

Projet Generate

Le projet Generate "Géopolitique des énergies renouvelables et analyse prospective de la transition énergétique" a été lancé, pour deux ans, en janvier 2018 par IFPEN et l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). Il vise à analyser trois conséquences géopolitiques majeures d’une diffusion des énergies renouvelables (ENR) au niveau international :

  • la criticité des matériaux intégrant les technologies de la transition énergétique ;
  • la nouvelle géographie de la propriété intellectuelle des ENR ;
  • les modèles de développement des pays producteurs d’hydrocarbures et l’évolution de leur place sur la scène internationale.
     

Le projet, dont l’intérêt repose sur le caractère pluridisciplinaire de son approche (économique, technologique et géopolitique), permettra aux différents acteurs de la transition énergétique d’améliorer la compréhension et la définition des politiques énergétiques et de bénéficier d’un véritable outil d’aide à la décision. Il est mené dans le cadre du verrou scientifique 9.

>> Retrouvez dès à présent les résultats de l’étude prospective sur l’évolution de la géopolitique de l’énergie dans le contexte de la transition énergétique bas-carbone issue de ce projet. C’est l’une des premières à analyser la composante géopolitique des implications des nouvelles politiques énergétiques et des investissements dans les énergies renouvelables. 

 

Projet More4Less

Lancé en mars 2015 pour quatre ans et demi et piloté par IFPEN, le projet More4Less vise à proposer une approche de modélisation multi-échelle des écoulements particulaires réactifs et à la mettre à disposition dans des codes de calcul pour la conception de procédés industriels, comme le craquage catalytique, les réacteurs de polymérisation en phase gazeuse ou la gazéification de la biomasse. Il est en effet important de mieux comprendre les phénomènes couplés hydrodynamiques, chimiques et thermiques dans ces écoulements, afin de pouvoir les prédire avec précision et améliorer les conditions de fonctionnement de ces procédés. Dans ce projet, IFPEN apporte l’expertise du code PeliGRIFF ainsi que l’expertise des méthodes LES (Large-Eddy Simulation).

>> Retrouvez le site web More4Less 
 

Projet Slimcat 

Le projet Slimcat (Solid-Liquid Interface at Molecular-scale for Catalysis), piloté par IFPEN, lancé en 2014, s’est clos début 2019. 

La compréhension et la prévision rationnelles des phénomènes chimiques se produisant à l’interface solide-liquide (SLI) des catalyseurs sur alumine représentent un double défi industriel : préparation des catalyseurs et optimisation des processus catalytiques opérant dans l’eau liquide, tels que la conversion de la biomasse, la synthèse de Fischer. 

Le projet a permis d’explorer une approche multitechnique pour mieux comprendre les phénomènes aux interfaces alumine-solution aqueuse mis en jeu lors de l’imprégnation de précurseurs métalliques en présence d’additifs organiques oxygénés ou lors de l’étape de séchage. Les résultats obtenus ouvrent de nouvelles pistes vers une meilleure rationalisation à l’échelle moléculaire des étapes de préparation des catalyseurs hétérogènes. En complément des 25 communications scientifiques (dont 6 publications parues à ce jour) issues de ce projet, l’organisation en 2018 de la rencontre scientifique Slimaia a permis de renforcer la visibilité du projet et d’IFPEN au sein de la communauté des interfaces.

>> Retrouvez le site web du projet Slimcat
 

Projet Macdil

Le projet ANR Macdil « Moteur allumage commandé fortement dilués » a été lancé en 2015 pour quatre ans. Il est porté par IFPEN et est mené avec l’ENSTA ParisTech, Groupe PSA, le laboratoire Prisme et Renault.

Ce projet vise la compréhension des régimes de dilution intermédiaire à élevée, c’est-à-dire avec l’usage dans les moteurs thermiques actuels de taux de recirculation de gaz brûlés (EGR) de plus de 10 %. Ce projet vise également le développement de modèles de combustion adaptés à ces conditions opératoires.
 

Projet Asmape

Le projet ANR Asmape « Advanced Soot Model for Aeronautics and Piston Engines » s’est clôturé début 2019 après quatre ans de travaux. Ce projet, coordonné par IFPEN, a été mené avec le Coria, les laboratoires EM2C de CentraleSupélec et PC2A, Groupe PSA et Safran.

Les équipes d’IFPEN ont apporté leur savoir-faire et compétences en modélisation moteurs, ce qui a notamment permis d’élaborer un modèle de suies sectionnel, applicable dans le domaine automobile mais aussi aéronautique, et un schéma cinétique. Il s’agit de la première modélisation en nombre et en taille des suies (modélisation en masse traditionnellement). Les résultats de ce projet s’inscrivent également dans le verrou scientifique 6.

 

Logo région Auvergne-Rhône-Alpes  EXEMPLE DE PROJET BÉNÉFICIANT D’UN FINANCEMENT régional

Le projet MoSHy (méthode de design ab initio d’un électrocatalyseur pour la production verte d’hydrogène), lancé en juillet 2018 et sélectionné par la région Auvergne-Rhône-Alpes dans le cadre de l’appel à projets 2018 Pack Ambition Recherche, vise à développer des méthodologies pour définir un électrocatalyseur économique et efficace pour la production d’hydrogène à partir de l’eau, grâce à l’association de l’expérimentation et de la modélisation moléculaire. Les partenaires sont IFPEN, le laboratoire LEPMI de Grenoble et le laboratoire LC-ENSL qui est porteur du projet.

IFPEN y apportera son expertise reconnue dans le développement de catalyseurs à base de sulfures (MoS2), largement utilisés dans le domaine de l’hydrotraitement, et le support des équipes d’électrochimie et de thermodynamique et modélisation moléculaire. À la clé, la mise en place d’une méthodologie validée de sélection et de définition d’électrocatalyseurs. Le succès de ce consortium démontrera la capacité du tissu régional à produire des solutions innovantes à des problèmes industriels.
 

Logo Horizon 2020 
  Exemples de projets de recherche fondamentale bénéficiant d'un financement européen 

Dans le cadre de sa recherche fondamentale, IFPEN participe à de nombreux projets et réseaux européens (ETP4HPC, EERA AMPEA, Flagship SUNRISE, etc.).
 

Projet Prodia

Le projet Prodia « PROduction, control and Demonstration of structured hybrid nanoporous materials for Industrial adsorption Applications », lancé en 2016 et accepté dans le cadre de l’appel à proposition NMP-PILOTS pour le financement de pilotes dans le domaine des nanotechnologies, matériaux et procédés de production d’Horizon 2020, vise à développer des procédés de production à grande échelle de matériaux pour des applications variées (purification de l’air, stockage du gaz naturel, pompes à chaleur, etc.).

Les équipes d’IFPEN travaillent à la synthèse et à la caractérisation d’aluminosilicates mésostructurés adaptés à l’adsorption et à la désorption d’eau pour le refroidissement de supercalculateurs. Le potentiel de valorisation pour le marché ciblé (supercalculateurs) et pour les éventuels marchés adjacents est également étudié. Ces briques technologiques contribuent à nos verrous scientifiques 1, 2 et 3.

>> Retrouvez le site web du projet Prodia
 

Projet Ippad

Le projet Ippad est un réseau de doctorants ITN (Innovative Training Networks). Deux doctorants ont été recrutés à IFPEN dans ce cadre. Le projet vise à comprendre et à modéliser le comportement d’un carburant sous très haute pression en présence d’additifs.

Dans le cadre de l’accompagnement de doctorants, IFPEN participe au développement de deux modèles physiques : un modèle d’injection de carburant dans des conditions supercritiques et un modèle reposant sur un mécanisme hétérogène (gaz/solide) d’oxydation des suies. Ce dernier constituera également une base pour décrire l’oxydation thermique des solides carbonés. Ces briques technologiques contribuent à nos verrous scientifiques 1, 2 et 3.

>> Retrouvez le site web du projet Ippad
 

Contact

Julie Lhomme-Maublanc

  • Responsable « R&I collaborative avec soutiens publics »