14.01.2021

3 minutes de lecture

FacebookTwitterLinkedInImprimer

L’analyse trimestrielle des principales tendances des marchés du gaz naturel dans le monde pour le 4ème trimestre 2020 réalisée par Cedigaz est disponible en ligne

Au dernier trimestre 2020, les prix internationaux spot du gaz ont poursuivi leur envolée pour dépasser les niveaux de prix de l’année précédente. Les prix spot asiatiques en particulier ont augmenté de manière impressionnante pour atteindre 12$/MBtu en fin d’année, leur plus haut niveau depuis six ans. Ce pic récent et inattendu en Asie s’explique par une forte demande hivernale en Asie du Nord-Est, tandis que du côté de l’offre, plusieurs usines ont rencontré des défaillances, limitant la liquidité disponible. L’hyper-volatilité des prix en 2020 reflète un contexte de profondes incertitudes, tandis que les opérations de trading, d’optimisation et d’arbitrage ont continué de croître.

Évolution des prix spot internationaux

Les prix de marché du gaz ont poursuivi leur envolée en Asie dans un contexte d’inquiétudes autour de l’approvisionnement des grands marchés importateurs de GNL (Chine, Japon…), où la rigueur de l’hiver a brutalement dopé la demande résidentielle. Au dernier trimestre, le prix spot de l’Asie s’est établi à 7,4$/MBtu, un niveau de 26 % supérieur à celui de l’année précédente. En décembre, il a dépassé le prix de l’an dernier de 74 %. Le différentiel entre les prix spot américains, européens et asiatiques s’est fortement accentué, ouvrant une fenêtre d’arbitrage très favorable à l’Asie. En décembre, le différentiel de prix USA/Asie atteignait son plus haut niveau en deux ans, soit 7$/MBtu. 

En Europe, le TTF a bondi de 38 % en décembre par rapport à 2019, l'offre de GNL étant détournée vers l’Asie tandis que la demande régionale de gaz enregistrait une légère hausse après avoir chuté en novembre. La demande européenne de gaz au dernier trimestre a été moins affectée par la pandémie de la COVID-19 et les mesures de confinement qu'au printemps dernier.

Aux Etats-Unis, le prix Henry Hub a également augmenté au dernier trimestre, une tendance qui semble davantage refléter le rebond des exportations de GNL que l’évolution des fondamentaux du marché intérieur.

Évolution des prix des contrats de long terme indexés sur le prix du pétrole

Au dernier trimestre, le prix moyen des contrats de long terme de GNL du Japon a légèrement augmenté, après une baisse régulière débutant au premier trimestre. En raison du décalage de plusieurs mois pris en compte dans les formules de prix indexés, la reprise des prix du pétrole en milieu d'année n’a commencé à se refléter sur le prix des contrats de long terme asiatiques qu’à la fin de l'année. Les prix du GNL indexés sur le prix du pétrole ont légèrement dépassé 6$/MBtu en décembre. En raison du pic inattendu du prix spot en Asie, la prime du prix du pétrole par rapport au prix spot est devenue négative. En décembre, le prix moyen du GNL indexé était de 33 % inférieur au niveau du prix spot asiatique. 

Le prix moyen d'importation du GNL au Japon est attendu en baisse de 22 % à 7,9$/ MBtu en 2020. Comme en 2019, 2020 a montré un découplage entre l’évolution des prix du pétrole et du prix spot asiatique en cours d’année, ce dernier dépassant la parité pétrole au dernier trimestre.

Développements récents sur le marché mondial du GNL

D’après les estimations provisoires de Cedigaz, l’offre et la demande mondiale de GNL ont de nouveau baissé au dernier trimestre, dans la continuité des six mois précédents, les baisses les plus marquées étant enregistrées en novembre et en décembre. 

Etant donné les tensions sur l’approvisionnement en GNL de l’Asie, de plus en plus de cargaisons ont été détournées du bassin atlantique vers l'Asie, où la forte demande hivernale causée par la chute des températures a fait grimper les prix. La prime du prix spot asiatique par rapport au prix spot européen TTF a augmenté à plus de 3,5$/MBtu en décembre. Les exportations américaines de GNL ont rebondi depuis août. Elles ont atteint leur niveau mensuel le plus élevé à environ 8 milliards de mètres cubes en novembre et décembre, contre une moyenne mensuelle de 3 milliards de mètres cubes en été. Le Qatar, qui bénéficie d'un approvisionnement flexible et à faible coût, a également détourné ses exportations de GNL de l'Europe vers l'Asie.

Ainsi, les importations de GNL de l’UE28 ont chuté de plus de 30 % au dernier trimestre par rapport à l’année précédente, alors qu’elles ont augmenté de près de 20 % en Chine, marché le plus dynamique. 

Bilan annuel et perspectives 

Sur l'ensemble de l'année 2020, les prix spot en Europe et en Asie ont reculé de respectivement 28 % et 25 % par rapport à 2019, pour s’établir à 3,2$/MBtu et 4,2$/MBtu. Le prix américain du Henry Hub enregistre aussi une baisse annuelle significative de 20 % à 2$/MBtu, le niveau le plus bas depuis des décennies. Une forte corrélation entre les prix spot européens, asiatiques et le prix Henry Hub a été observée en 2020, illustrant encore davantage le rôle majeur du GNL comme vecteur de mondialisation du marché du gaz et de convergence des prix. 

Les prix à terme indiquent une forte tendance baissière (« backwardation ») au cours des prochains mois, tandis que les prix indexés sur le prix du pétrole devraient continuer à augmenter.

En 2020, on retiendra des tendances fortement contrastées entre le premier semestre, où les prix spot européens et asiatiques sont descendus à des niveaux planchers historiques, et les derniers mois de l’année où ils se sont envolés jusqu’à des niveaux sept fois plus élevés. L'hyper-volatilité des prix du gaz a été d’une ampleur inédite et soulève la question d’une part du rôle croissant de certains déterminants des prix (demande saisonnière de GNL) par rapport à d’autres (stockages) et d’autre part de l’amplitude des écarts de prix par rapport à l’évolution des fondamentaux économiques classiques.

>> Accéder à l’ensemble du rapport Cedigaz 
 

Cedigaz