Page individuelle

Stéphane RAUX

Chef de projet / Docteur en Génie des procédés et technologies avancées
Stéphane Raux, diplômé de l’école d’ingénieur ESTACA et titulaire d’un doctorat en génie des procédés et technologies avancées de Sorbonne Université-UPMC, travaille depuis 1997 à IFP Energies
Page individuelle

Gilles Bruneaux

Chef de département, docteur en énergétique,
spécialiste des diagnostics optiques pour la combustion moteur
Diplôme d’ingénieur de l'Ecole Centrale Paris en 1992. Doctorat sur la modélisation de la combustion dans les moteurs à combustion interne à l’IFPEN/Ecole Centrale Paris, 1996. HDR de l'Université d
Page individuelle

Chaouki HABCHI

Chercheur
HDR-Associé à l’Ecole Doctorale SMEMaG de CentraleSupelec à l’université Paris-Saclay
Doctorat de l'Université Paris-VI obtenu en 1990 dans le domaine de la mécanique des fluides numérique. HDR (Habilitation à Diriger des Recherches ) de l'Institut National Polytechnique de Toulouse
Numéro 40 de Science@IFPEN
Brèves

Tourner en boucle… oui mais pour une énergie propre

La combustion en boucle chimique (Chemical Looping Combustion - CLC) est une technologie de combustion sans air, utilisant des matériaux transporteurs d’oxygène (MTO) qui circulent entre deux zones
Numéro 39 de Science@ifpen
Brèves

Des lasers et des algorithmes pour limiter les suies

THÈSE DE FABIEN TAGLIANTE
Science@ifpen n°32
Brèves

Émissions polluantes : mieux les connaître pour mieux les combattre

L’homologation des véhicules atteste que leurs émissions respectent les niveaux imposés par les normes. Si la réglementation actuelle ne concerne qu’un nombre restreint d’espèces chimiques, leur
Science@ifpen n°32
Brèves

Mise en observation des suies dans une flamme Diesel

La réduction des émissions polluantes des moteurs thermiques requiert une connaissance détaillée des processus physico-chimiques de la combustion. Si les carburants ont été longtemps considérés comme
Science@ifpen n°32
Brèves

La LES passe au transitoire pour des motorisations plus propres

Les moteurs essence à injection directe émettent des particules de suie lors des phases de transitoires rapides. Ce phénomène, encore très mal compris, est pris en compte lors des tests sur les