FacebookTwitterLinkedIn

Chimie biosourcée
CONTEXTE ET ENJEUX

Le développement de filières de production de produits de base pour la chimie à partir de biomasse répond à un triple enjeu :

  • utiliser des matières premières renouvelables et ainsi lutter contre les émissions de gaz à effet de serre (GES) et le changement climatique ; 
  • contribuer au développement d’une économie circulaire ;
  • réduire la dépendance au pétrole du secteur de la chimie.

 
Encore émergent, le marché des produits biosourcés n’en est pas moins en forte croissance, tiré par :

  • l’intérêt en hausse des consommateurs pour des biens de consommation plus durables ;
  • les efforts accrus des industriels et des marques pour proposer des emballages 100 % bio-PET ou des fibres textiles 100 % bio-nylon ;
  • les menaces de déficit dans l’approvisionnement mondial en oléfines (propylène et butadiène en particulier) et pour certains aromatiques (benzène) par ailleurs en forte demande, favorisant le recours à de nouvelles matières premières et de nouveaux procédés de production.
     

La production de grands intermédiaires oléfiniques et oxygénés (polyols, diacides) et de polymères à partir de biomasse lignocellulosique est amorcée. Ainsi, le bioéthylène et ses dérivés (mono-éthylène glycol en particulier), l’acide lactique et polylactique, le 1,4-butanediol, l’acide succinique ou encore le bioisobutanol, qui permettent l’accès à de nombreux dérivés biosourcés, sont déjà produits à l’échelle commerciale

Les enjeux pour un déploiement à plus grande échelle de la chimie biosourcée concernent : 

  • les coûts de production par rapport aux voies issues du pétrole ;
  • la sécurité d'accès à la ressource et le développement des filières d’approvisionnement ;
  • la construction de bioraffineries exploitant les synergies entre les différentes transformations de la biomasse, par exemple entre la production de biocarburants et la production de bioproduits ;
  • la conception de produits recyclables chimiquement.
     

Le marché reste également fortement dépendant de facteurs clés d’ordre économique et politique : 

  • l’évolution des prix du pétrole, susceptibles de favoriser – ou non – le déploiement de capacités de production d’intermédiaires biosourcés ;
  • l'absence, ou à l’inverse la mise en place, d'incitations publiques et réglementaires.
     

La chimie biosourcée est aujourd’hui considérée comme une voie réaliste, à terme, pour produire la plupart des produits chimiques actuellement issus de ressources fossiles, notamment pour la fabrication de plastiques. 
 

Malgré un taux de croissance moyen estimé à 10 % par an jusqu’en 2035, les plastiques biosourcés ne représenteraient que 1,7 % des plastiques produits au niveau mondial à cette échéance. 

Mettre au point des procédés de production d’intermédiaires chimiques à partir de matières premières renouvelables

Nos solutions

Nos atouts

 

Contact

Slavik Kasztelan

  • Responsable des programmes : "Biomasse vers chimie" et "Pétrochimie".