FacebookTwitterLinkedInImprimer

Hydrogène 
Nos réseaux

Projet sen4H2

Le projet collaboratif sen4H2 (Sentinel Data for the Detection of Naturally Occurring Hydrogen Emanations), soutenu par l’Agence spatiale européenne (ESA), a été lancé début 2019 pour un programme d’un an.

« sen4H2 a pour objectif d’évaluer l’apport des images satellites pour détecter et qualifier les émanations naturelles d’hydrogène à la surface du globe. Dans un premier temps, sen4H2 sera focalisé sur des zones connues d’émissions superficielles d’hydrogène, en Russie et aux États-Unis. Le projet est construit sur une collaboration entre Terradue, société italienne  avec une plateforme Cloud spécialisée dans le traitement et l'analyse de données d'observation de la Terre, et IFPEN. Il est également soutenu par Engie et Storengy.

Nous apporterons au projet notre compréhension des processus de génération et de migration de l’hydrogène naturel, issue de plus de dix ans de travaux de recherche, ainsi que nos compétences en télédétection et en data science. »

Pierre Bachaud, chef de projet Hydrogène, IFPEN
 

Ronds de sorcières en Caroline du Nord, Etats-Unis
Carolina Bays, Caroline du Nord, États-Unis.
En haut : image LiDAR faisant apparaître le relief du site.
En bas : vue aérienne du site et teneurs en H2 mesurées sous la surface du sol (Zgonnik et al., 2015)

Projet MoSHy

Le projet MoSHy a pour objectif le développement d’un électrocatalyseur pour la production verte d’hydrogène en couplant expérimentations et méthodes numériques de modélisation moléculaire. Il a été sélectionné par la région Auvergne-Rhône-Alpes dans le cadre de l’appel à projets 2018 Pack Ambition Recherche et rassemble, aux côtés d’IFPEN, le CNRS et l’ENS de Lyon, qui porte le projet.

« La production d’H2 par électrolyse de l’eau demande de lever encore de nombreux verrous technico-économiques pour être efficiente à l’échelle industrielle. Au sein du projet MoSHy, nous travaillons à une méthodologie de sélection et de définition d’électrocatalyseurs économiques et efficaces, grâce à l’association de l’expérimentation et de la modélisation moléculaire.

Nos équipes de recherche apportent leur expertise dans deux domaines :

  • le développement de catalyseurs à base de sulfures (MoS2), largement utilisés pour l’hydrotraitement,
  • l’électrochimie, la thermodynamique et la modélisation moléculaire.
     

Nos partenaires dans le projet interviennent quant à eux sur :

  • la modélisation moléculaire pour l’électrochimie (LC-ENSL),
  • la caractérisation des matériaux et les essais de stabilité (LEPMI de Grenoble, CNRS).

Le succès du consortium démontrera la capacité du tissu régional à produire des solutions innovantes à des problèmes industriels. »

Audrey Bonduelle, chef de projet, IFPEN

 

Contacts

Fabrice Bertoncini

  • Introduction d’hydrogène vert dans les raffineries

Florence Delprat-Jannaud

  • Hydrogène naturel, stockage d’hydrogène

Antonio Pires Da Cruz

  • Hydrogène dans les transports